Edito - Avril 2020

Edito

La mesure de l'enjeu
On ne rappellera pas les affligeants records de baisse des différentes places boursières à travers la planète. Toutes les mesures d’indices marquent en effet une chute historique des valorisations des actifs sur un temps remarquablement court.

On se souviendra que cette violence financière inouïe aura eu pour révélateur le coronavirus et pour accélérateur le retournement majeur de l’ordre pétrolier mondial qui a déstabilisé la géopolitique de l’énergie. Mais surtout qu’elle a été rendue possible par un cadre économique structurel extrêmement faible et des systèmes d’organisation à bout de souffle.

   Ce séisme financier frappe ainsi des acteurs affaiblis. Car le tableau est sombre. Les États sont toujours très endettés et n’ont profité ni de leurs expériences douloureuses passées, ni de la baisse du service de la dette pour entreprendre des politiques de réduction progressive de leur endettement. Les ménages souffrent depuis plusieurs années de la déflation de leurs revenus d’épargne alors que leurs emplois cachent souvent une réelle précarité. Enfin, les entreprises sont déstabilisées par des normes et « transitions » exigées en tout genre et se sont créées elles-mêmes un certain nombre de dépendances stratégiques à travers leurs politiques de délocalisations.

   La concomitance de l’effondrement des marchés actions et des taux souverains européens qui ne baissent pas, malgré les annonces exceptionnelles des autorités monétaires, marque bien la gravité du moment. Nous vivons un tournant dans l’appréciation que l’on porte à la mondialisation ou aux apports des organisations supranationales comme l’Union européenne. Nous avions souligné dans nos dernières Perspectives Économiques et Financières, le début d’un retour du politique. Force est de constater celui de l’État et de la puissance publique un peu partout.

   Mais l’État, même providentiel, ne peut pas tout. Au-delà de la question du financement de la dette et de son transfert générationnel, s’impose le constat qu’on ne peut réactiver ou mobiliser des capacités de production qui n’existent tout simplement plus sur notre territoire. Car bon nombre d’entreprises ont fait le choix toutes ces années d’entrer dans le jeu de l’éclatement de leurs chaînes de production sous couvert du bien-être de leurs clients et de leurs actionnaires. Or, le bilan de ces stratégies industrielles d’interdépendances apparait aujourd’hui critiquable tant les effets destructeurs sur l’emploi, le maillage territoriale et la cohésion sociétale sont grands et se cumulent à des défaillances en matière de sécurité et de souveraineté. Cette crise sanitaire est bien le révélateur d’un système extrêmement fragile et suroptimisé. Elle sera sans doute aussi l’occasion d’en bâtir un nouveau, peut-être moins efficient mais plus résistant.

Rédigé par
Francis Jaisson-Citation

Francis Jaisson
Directeur général délégué en charge de l'ensemble des Gestions, de la Commercialisation, de la Négociation et de l'ensemble des Recherches.

Le 2 avril 2020

Ce document est établi par Covéa Finance, société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des Marchés Financiers sous le numéro 97-007, constituée sous forme de société par actions simplifiée au capital de 7 114 644 euros, immatriculée au RCS Paris sous le numéro B 407 625 607, ayant son siège social au 8-12 rue Boissy d’Anglas 75008 Paris. Ce document est produit à titre indicatif et ne peut être considéré comme une offre de vente ou un conseil en investissement. Il ne constitue pas la base d’un engagement de quelque nature que ce soit, ni une évaluation de stratégie ni aucune recommandation d’investissement dans des instruments financiers. Il contient des opinions et analyses générales et non personnalisées conçues par Covéa Finance à partir de données chiffrées qu’elle considère comme fiables au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, mais dont l’exactitude et la validité ne sont toutefois pas garanties.  Les opinions exprimées dans le document peuvent faire l’objet de modifications sans notification. Covéa Finance ne saurait être tenue responsable de toute décision prise sur la base d’une information contenue dans ce document. Ce document est la propriété intellectuelle de Covéa Finance. Toute Utilisation (définie ci-après), reproduction ou diffusion de tout ou partie du présent document devra faire l’objet d’une autorisation préalable de Covéa Finance. Le destinataire du présent document a connaissance et accepte que les  données chiffrées, permettant d’établir les opinions et analyses générales et non personnalisées, peuvent être soumises à l’acquisition de droits vis-à-vis de tiers. Par conséquent, les données chiffrées ne peuvent en aucun cas faire l’objet d’une quelconque Utilisation par le destinataire du document sans l’acquisition préalable des droits nécessaires directement auprès des tiers détenteurs de ces droits. Par ailleurs,  le destinataire du présent document a connaissance et accepte  que Covéa Finance ne sera en rien responsable de toute utilisation faite desdites données chiffrées et assumera seul toutes les conséquences vis-à-vis des tiers détenteurs des droits associés à ces données.  L’ « Utilisation » s’entend comme, et de manière non limitative, la manipulation de la donnée chiffrée, la distribution, la redistribution, l’intégration dans un système d’information ou dans des documents de tous types.